Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 09:36

1221.jpgIl y a des matins où la boue colle trop fort aux chaussures. Des matins où le bras est trop court pour prendre la photo que l'on souhaite. Des matins où le cercle des collines paraît trop étroit. On voudrait prendre de la hauteur, se mêler au vol des oiseaux, trouver une déchirure dans les nuages et l'agrandir, forcer le sourire du soleil, découvrir l'au-delà de l'horizon, les forêts que cachent les arbres du quotidien et les océans d'où viennent les pluies. Les montagnes et les pyramides, de Bugarach aux Mayas. Juste pour prendre la mesure d'un monde sans fin.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 09:55

1220.jpgDernier jour de frimaire. On s'impatiente de passer de l'autre côté, de démarrer le nouveau cycle. Même si c'est difficile à vérifier, il se dit qu'au vingt de Noël, les jours allongent d'un pas d'hirondelle. En Vendée on dit aussi : "à la Sainte-Luce, les jours allongent d'un saut de puce, à Nao d'un pas de jao (poulet), au premier de l'an d'un pas de jument". À en croire les traces découvertes ce matin dans la prairie (trop petites pour que vous puissiez en profiter) les jours allongent ausi d'un pas de taupe. 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 15:02

1219.jpgQuelle heure est-il

monsieur goupil

Qui peut le dire

madame tapir

Dans tout ce gris

petit cabri

le jour s'en va

à pas de chat

    et tu le suis

    sans bruit

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 09:10

1218.jpgCe matin le soleil a des pudeurs. Il joue sa Salomé et nous fait l'honneur d'une danse des sept voiles de brume pour dissimuler son lever à nos yeux émoustillés. Mais il a mal jugé de son effet, car les voiles ne résistent pas à son ardeur et s'effacent bien vite. À moins que, rapidement lassé de cette coquetterie matinale, il ne laisse son éclat naturel s'imposer dans le jour triomphant.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 11:26

1217.jpgLe haïku bien sage du mois :

 

Le gris se disloque

et s'aparpille en nuances.

Pourquoi les compter ?

 

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 09:32

1216.jpgJour de Sainte Alice. Nombreuses, les rimes en "ice", mais probématiques pour un proverbe sans malice. Jaunisse, entrecuisse ou réglisse, pas facile à placer. Très vite on glisse. Je n'en ai trouvé qu'un, de proverbe, recensé par Wikipédia, et qui se vérifie ce matin : "Quand il pleut à la Sainte-Alice, c'est souvent comme vache qui pisse". On aurait aussi pu dire, plus agricole : "Quand il pleut à la Sainte-Alice, rentre tes génisses". Ou plus universel : "Pluie de la Sainte-Alice à la paresse est propice". Trève de proverbes, il faut se rendre à l'évidence : à la Sainte Alice de 2012, la pluie détrempe les pelouses.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 09:17

1215.jpgÇa joue des coudes dans les nuées. Ça se frite, ça roule les mécaniques. Ça broie du noir, du gris et du menaçant. Ça gronde même parfois, ça pète les plombs chez EDF. Et ça arrose à grosses gouttes, à gros bouillon, à gros bouillards. On compte les millimètres comme on compte les points. À qui qu'aura le pluviomètre le plus rempli. La compèt' se joue chez le boulanger ou l'épicier, sous la capuche ou le parapluie. Ça donne du grain à moudre à la conversation. Encore quelques jours comme ça et on tiendra jusqu'à la bûche et au sapin.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 09:54

1214-copie-1.jpgCe que dit le vent

Rassemblé en un haïku

    Et déjà enfui

 

Ce que chante le vent ?

… C’étaient de très grands vents sur la terre des hommes — de très grands vents à l’œuvre parmi nous
Qui nous chantaient l’horreur de vivre, et nous chantaient l’honneur de vivre, ah ! nous chantaient et nous chantaient au plus haut faîte du péril,
Et sur les flûtes sauvages du malheur nous conduisaient, hommes nouveaux, à nos façons nouvelles.

C’étaient de très grandes forces au travail, sur la chaussée des hommes — de très grandes forces à la peine
Qui nous tenaient hors de coutume et nous tenaient hors de saison, parmi les hommes coutumiers, parmi les hommes saisonniers,
Et sur la pierre sauvage du malheur nous restituaient la terre vendangée pour de nouvelles épousailles.

 Saint-John Perse

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 12:20

1213.jpgCe matin le paysan joue au Père Noël. Son John Deere a sans doute moins d'exotisme que des rennes, mais il berticlle sur le bitume, enguirlande le chemin et clignote dans son avancée derrière la haie. Il ne transporte en guise de cadeau que du tourteau vitaminé, mais il est sûr de faire plaisir aux récipiendaires. Il a troqué la houppelande contre une cotte. Ne l'agacez pas en lui causant nitrates, quotas ou surproduction. Il pourrait vite se transformer en Père Fouttard et  manœuvrer son véhicule pour qu'il sorte ses crocs.

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 08:50

1212.jpgJour de toutes les superstitions, qui fait le bonheur de la Française des Jeux avant de faire celui hypothétique de l'hypothétique gagnant(e). Jour des répétitions, ce qui est l'essence même des jours. À l'horizon les avions filent entre les filaments de nuages. Imagine la réincarnation des auspices antiques, leur affolement devant les traces rectilignes laissées par les oiseaux de métal... De quoi en perdre son latin. Des auspices modernes disent que plus longue est la trace plus proche est la pluie. On verra bien. D'ici le 1er janvier 2101, on saura inventer de multiples prétextes pour nous faire prendre les messies pour des soleils, et réciproquement.

Partager cet article
Repost0